10/04/2015

Campagne "Piétinons les Préjugés "

im.jpgDire STOP aux idées reçues et casser définitivement les barrières d'intégration sociale et professionnelle nécessite la rencontre, une bonne information sur les réalités de vie de personnes en situation de handicap et la création d'un nouveau corpus d'images positives pour que le handicap ne soit plus perçu comme une entrave. Piétinons les Préjugés, qui s’affiche dans les métros franciliens depuis le 18 mars, ambitionne d’investir durablement l’espace urbain pour diffuser un message à fort impact social. Une nouvelle idée reçue sera déclinée tous les mois de mars à novembre 2015 grâce à une mobilisation citoyenne massive via KissKissBankBank, une plateforme de levée de fonds participative.

« Qu’est‐ce que je fais, à mon niveau, pour aider la société à progresser sur le handicap ? »

C’est une question que Deza Nguembock, Fondatrice de l’agence E&H LAB à l’origine de Piétinons les Préjugés, se pose au quotidien. Cette question fait appel à la responsabilité de chacun en tant qu’acteur pour faire bouger les lignes. Au‐delà des pouvoirs publics, des entreprises privées, des associations de familles, chaque citoyen peut contribuer, à son niveau, à la construction d’une société plus inclusive. 

Le handicap est un sujet sociétal majeur : plus ou moins un milliard de personnes vivrait avec une forme de handicap soit 15% de la population mondiale. D’où ce choix stratégique de l’agence E&H LAB de développer une communauté de contributeurs autour de Piétinons les Préjugés. Cette communauté va nourrir la campagne à travers des rencontres, des jeux ludiques, des paroles d’expert pour apporter un nouvel éclairage sur l’intégration des personnes handicapées et re‐créer un vrai lien social entre des groupes humains, sociaux et culturels différents.

La mobilisation citoyenne en action sur les réseaux sociaux

La campagne de crowdfunding qui démarre officiellement lundi 30 mars est le fer de lance de cette large mobilisation citoyenne dont le premier engagement est un clic solidaire sur le LIKE de la page #facebook.com/PietinonsLesPrejuges. En likant cette page, les citoyens disent NON aux idées reçues et OUI à une large diffusion d’images positives et dynamiques sur le handicap et d’un message à fort impact social.

Le 2ème niveau d’engagement se passe sur la plateforme de financement participatif KissKissBankBank. Cette levée de fonds permettra la diffusion durable d’une nouvelle idée reçue tous les mois de mars à novembre 2015 sur le mobilier urbain. L’objectif minimum fixé sur KissKissBankBank est de 40 000 € sur un budget global de 160 098 €.

Piétinons les Préjugés est une campagne artistique audacieuse pour faire évoluer les perceptions sur le handicap à travers une série de personnages dessinés au trait et inspirés des idées reçues. Elle informe sur les réalités de vie avec un message plus en phase avec les désirs et rêves des personnes handicapées pour permettre aux enfants et adultes vivant avec un handicap de se projeter et de se construire avec de nouvelles images positives. 

08:30 Publié dans Droits, Web

19/03/2015

Un nouveau numéro d’appel inédit en France : Écoute Violences Femmes Handicapées

information.jpgAfin de lutter contre les violences envers les femmes handicapées, l’association Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir (FDFA) lance un numéro d’appel inédit en France : Écoute Violences Femmes Handicapées.

Viols ; agressions sexuelles, verbales ou psychologiques ; maltraitance … Les femmes en situation de handicap sont bien souvent très démunies face aux violences qu’elles subissent. Comment oser avouer les attouchements répétés d’un soignant ? Que faire face à un conjoint qui vous vole vos clefs pour vous priver de sorties ou d’un collègue de travail qui vous insulte ?

Pour lutter contre la solitude de ces victimes, l’association Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir met à leur disposition une plateforme d’écoute nationale dans le but de les accompagner et de les soutenir. 

En phase de démarrage, ce numéro d’appel, 01 40 47 06 06, sera ouvert deux demi-journées par semaine : les lundis de 14h à 17h30 et les jeudis de 10h à 13h.

Dix écoutantes bénévoles et deux psychologues à temps partiel seront là pour recueillir la parole des femmes.

Depuis le 1er janvier 2014, le 3919 est le numéro de référence d’écoute téléphonique en matière de violences faites aux femmes. Gérée par la Fédération nationale solidarité femmes, cette plateforme d’écoute est accessible 7 jours sur 7.

Toutefois, le 3919 ne constitue pas un numéro d’appel d’urgence. Si la situation nécessite une intervention rapide, il faut composer le 17 (police, gendarmerie), le 15 (numéro spécifique aux urgences médicales, qui permet de joindre 24h/24 le service d’aide médicale urgente (Samu) ou encore le 18 (pompiers).

Source : Faire Face

 

08:30 Publié dans Droits, Santé

10/02/2015

Compte personnel de formation et travailleurs handicapés

images.jpgIl y avait le DIF (Droit individuel à la formation), il y a désormais le CPF (Compte personnel de formation). En vigueur depuis le 1er janvier 2015, il concerne tous les salariés de France et, évidemment, ceux en situation de handicap. Mais, attention, deux catégories de travailleurs sont pour le moment exclus de ce dispositif : les fonctionnaires (ils continuent à bénéficier du DIF) et les indépendants. Cette réforme a pour objectif de former les publics les moins qualifiés et de permettre une meilleure (ré)insertion des demandeurs d'emploi. Serait-ce une opportunité pour les chercheurs d'emploi handicapés qui, rappelons-le, atteignent 22% ?

Dès 16 ans, (dès 15 ans pour les jeunes ayant signé un contrat d'apprentissage), toute personne en emploi ou, il est important de le préciser, en recherche d'emploi, bénéficie de son propre Compte personnel formation. Qu'elle soit en situation de handicap ou pas ; c'est le droit commun. A ce titre, sont concernées les personnes handicapées travaillant : en milieu ordinaire de travail, dans une entreprise adaptée (entreprise à part entière employant au moins 80% de travailleurs handicapés), dans un centre de distribution à domicile (CDTD : entreprise dont la spécificité est de procurer aux travailleurs handicapés des travaux manuels ou intellectuels à effectuer à leur domicile) ou même en Esat (établissement et  service d'aide par le travail) où le travailleur n'a pourtant pas le statut de « salarié ».

Comme tout salarié, les travailleurs en situation de handicap peuvent mobiliser leur compte personnel de formation en complément des obligations de formation de leur employeur. Lorsque le nombre d'heures figurant à leur CPF est insuffisant pour suivre la formation qu'ils ont choisie, ils peuvent obtenir des financements complémentaires de l'Agefiph (Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans le privé). Des conditions d'abondement supplémentaires sont aussi prévues pour ceux travaillant en Esat. Lorsque l'entreprise abonde le compte personnel de formation d'un travailleur en situation de handicap, le montant de cette dépense vient en déduction de la contribution dont elle doit s'acquitter au titre de son obligation d'emploi de travailleurs handicapés (le fameux 6% !).

Le plafond légal du CPF est fixé à 150 heures (mais il peut éventuellement être revu à la hausse par un accord collectif de travail). Pour l'alimenter, un premier crédit de 120 heures de formation sera acquis à raison de 24 heures par année de travail à temps complet (soit au bout de 5 ans). Les salariés bénéficieront ensuite d'un crédit supplémentaire de 12 heures par année, jusqu'à atteindre 150 heures. En pratique, ce plafond sera en principe atteint au bout de 7 ans et demi. Le CPF des salariés à temps partiel ou en CDD sera, sauf dispositions conventionnelles plus favorables, alimenté proportionnellement au temps de travail effectué. Quant aux absences consécutives à un accident ou à une maladie non professionnels, elles ne permettent pas d'acquérir des heures de formation au titre du CPF. A l'inverse, pour un accident du travail ou une maladie professionnelle, elles sont intégralement prises en compte pour le calcul des heures acquises.

Ce compte, alimenté en heures de formation pendant les périodes d'activité salariée, pourra être utilisé par son bénéficiaire, durant toute sa carrière professionnelle. Ainsi, contrairement au DIF, il conservera, en cas de changement d'employeur ou de chômage, sans conditions, les heures de formation accumulées sur ce compte mais non utilisées (à noter que les heures acquises au titre du DIF restent utilisables jusqu'au 31 décembre 2020). En bref, le CPF ne sera clos que lorsque son titulaire prendra sa retraite.

Que vous soyez en activité ou à la recherche d'un emploi, des interlocuteurs sont à votre disposition, gratuitement, pour vous aider à construire votre projet professionnel et identifier, si besoin, une formation. Les travailleurs handicapés en recherche d'emploi peuvent s'adresser à Cap emploi.

Un site internet dédié, en ligne depuis le 5 janvier 2015, répond à toutes les questions sur ce sujet et permet à chacun d'accéder à son espace personnel : moncompteformation.gouv.fr.

Source : Handicap.fr

08:30 Publié dans Droits, Emploi, formation