retraite

  • Le rendez-vous en agence retraite

    rendez-vous,retraite

    La Caisse Nationale d'Assurance Retraite (CNAV) en Ile de France fait évoluer ses modalités d’accueil au sein de son réseau d’agences retraite en proposant exclusivement au public un accueil sur rendez-vous. 

    Ainsi, à compter du 2 juin 2017, l'agence de Saint Quentin en Yvelines, située au 5 rue Joël Le Theule à Montigny le Bretonneux mettra en œuvre cette nouvelle politique d’accueil. 

    Pour solliciter un rendez-vous auprès d'un conseiller, il suffira à l'assuré d'en faire la demande via son espace personnel sur www.lassuranceretraite.fr ou par téléphone au 3960.

    Pour répondre à une question, obtenir une information, les assurés sont invités à utiliser : 

    - internet : www.lassuranceretraite.fr
    - le téléphone : 3960.
    - les maisons de services au public (MSAP) qui proposent un accompagnement administratif et dans la réalisation des démarches en ligne. Pour connaître leurs coordonnées, cliquer ICI.

    Source : Caisse Nationale d'Assurance Retraite

  • Retraite des aidants

    Les assurés ayant assisté leur enfant handicapé en qualité d’aidant familial ou de salarié peuvent bénéficier d’une retraite à taux plein à 65 ans.

    De la même manière, les assurés ayant assisté leur enfant handicapé en qualité d’aidant familial ou de salarié peuvent également bénéficier d’une retraite à taux plein à 65 ans.

    Deux circulaires de la CNAV viennent rappeler les bénéficiaires et les conditions d’ouvertures de ces deux dispositifs.

    Référence : Circulaire CNAV 2016/47 du 14/11/2016 et Circulaire CNAV 2016/48 du 14/11/2016.

    Source : Service juridique droit des personnes et des structures - APF

     

  • AAH et retraite

    AAH, retraite

    À partir du 1er janvier 2017, les allocataires ayant un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80 % pourront continuer à percevoir l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) après qu’ils ont atteint l’âge de la retraite. Ils ne seront plus tenus de demander l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA). Une simplification administrative bienvenue. 

    Le passage à la retraite va devenir plus simple pour les bénéficiaires de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH). En tout cas pour ceux présentant un taux d’incapacité permanente d’au moins 80 %, soit deux tiers des allocataires. 

    À partir du 1er janvier 2017, ils pourront continuer à bénéficier de l’AAH dans les mêmes conditions qu’avant d’avoir atteint l’âge légal de la retraite (62 ans en 2017). 

    Cette mesure figure dans le projet de loi de finances, qui sera adopté par le Parlement d’ici la fin de l’année. 

    Aujourd’hui, lorsqu’ils atteignent l’âge auquel ils sont réputés inaptes au travail, c’est-à-dire l’âge légal de départ à la retraite, les allocataires n’ayant jamais travaillé ou percevant une faible retraite sont tenus de demander l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA), complétée par une AAH différentielle. Soit un total de 808,46 € maximum, comme l’AAH à taux plein. La lourdeur des démarches administratives  décourage certains allocataires de demander une AAH différentielle, ce qui les prive, en plus, de leur majoration pour la vie autonome. 

    Concrètement, avec cette nouvelle mesure, les personnes ayant travaillé percevront leur pension de retraite éventuellement complétée par une AAH différentielle pour leur garantir un revenu global de 808,46 €. Et celles n’ayant jamais travaillé, ou pas suffisamment, continueront à percevoir leur AAH. Plus simple et plus juste. 

    Retrouvez l’intégralité de l’article sur le blog de Faire-Face.

    Source : www.faire-face.fr