10/08/2017

L’APF poursuit son engagement contre la maltraitance

Engagée depuis de nombreuses années dans la promotion de la bientraitance et la prévention de la maltraitance, l’APF franchit une étape supplémentaire. Le 15 juin dernier, elle a co-organisé une journée d’étude sur ce thème aux côtés du Ministère des Affaires sociales et de la Santé, de l’ADF *, de la FEHAP *, de la Haute Autorité de Santé et de l'UNAF * avec pour objectif d’impulser une politique publique de lutte contre la maltraitance. L’enjeu est de taille !

Toute personne adulte en état de vulnérabilité du fait de la maladie, l’avancée en âge, le handicap ou la situation sociale, est susceptible aujourd’hui en France d’être victime de maltraitance. Que cette maltraitance soit active c’est-à-dire physique, morale, sexuelle ou financière ou qu’elle soit plus insidieuse, passive, c’est-à-dire systémique ou organisationnelle. Sous-estimé, mal mesuré, peu visible hors d’événements à forts retentissements médiatiques, parfois encore marqué par le tabou, le phénomène de maltraitance mérite d’être mieux connu. 

Un point sur les connaissances, les travaux de recherche et les politiques publiques pour élaborer ensuite avec des acteurs engagés en ateliers restreints des propositions concrètes destinées à faire progresser les politiques publiques de protection des personnes vulnérables, et des jalons possibles pour son déploiement dans la société et dans les institutions. C’était le programme de cette journée d’étude ...

Pour lire la suite, cliquez ICI.

* ADF : Assemblée des Départements de France
* FEHAP : Fédération des Etablissements Hospitaliers et d'Aide à la Personne privés non lucratifs
* UNAF : Union Nationale des Associations Familiales 

Source : Pôle Communication et relations avec les publics - APF

08:30 Publié dans APF, Droits

02/08/2017

Réduction des APL de 5 € par mois : une décision qui aggraverait la pauvreté des personnes en situation de handicap

L’APF est particulièrement inquiète suite à l’annonce de la réduction de 5 € par mois des Aides Personnalisées pour le Logement (APL) à partir du 1er octobre 2017.

Cette mesure injuste impacterait les ménages les plus modestes dont des centaines de milliers de personnes en situation de handicap et leurs proches.

En effet, de nombreuses personnes en situation de handicap vivent sous le seuil de pauvreté : travailleurs pauvres, bénéficiaires de minimas sociaux (AAH ou RSA) ou de petites pensions d’invalidité. Diminuer ces aides de 5 € par mois à des personnes vivant déjà largement sous le seuil de pauvreté, c’est aggraver leur précarité et supprimer les maigres revalorisations de l’AAH et des pensions d’invalidité obtenues ces 3 dernières années.

L’APF regrette cette mesure qui frappe sans distinction et, au final, impacte les ménages les plus modestes.

L’association demande donc au gouvernement de cesser cette injustice et de lever cette menace pour les personnes en situation de handicap précaires ...

Suite du communiqué à télécharger ICI.

Source : Direction de la communication et du marketing - APF

08:30 Publié dans Communiqué de presse, Droits

29/06/2017

Le handicap passe au conseil des ministres

Sophie Cluzel, Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées a présenté, mercredi 7 juin dernier, les orientations de sa politique devant le Conseil des ministres. Au programme, l'AAH, la scolarisation et les aidants, … Mais il n'a pas été question de la compensation.

Sa communication avait pour titre "Handicap : une priorité du quinquennat".

"L’action du gouvernement aura une boussole, a expliqué Madame Cluzel, partir des besoins individuels et de l’expertise des personnes en situation de handicap, ainsi que de leurs proches, pour bâtir des solutions collectives, et non l’inverse, en décloisonnant et simplifiant".

Retrouvez l'intégralité de l'article sur www.faire-face.fr.

Source : www.faire-face.fr

08:30 Publié dans Droits