22/09/2017

Comité Interministériel du Handicap : des orientations précisées, l’impasse sur la compensation et de fortes inquiétudes sur l’AAH 

La tenue de ce Comité Interministériel du Handicap (CIH), dès le début de quinquennat, est un signal positif soulignant, avec l’engagement du président de la République, la mobilisation du Premier ministre et de son gouvernement avec l’appui de la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, pour porter la politique du handicap, avec une approche transversale et inclusive. 

La «feuille de route» du gouvernement apporte des éclairages sur les premières orientations et décisions pour ce début de quinquennat. Des chantiers vont s’engager et l’APF réaffirme sa volonté d’être partie prenante des travaux qui vont se poursuivre avec les différents ministères afin d’apporter son expertise militante et professionnelle.

Si certaines orientations vont dans le bon sens telles que la revalorisation de l’AAH, les dispositions liées à l’accessibilité (bilan des Ad’AP réalisé en transparence) et au logement (logement évolutif), la réponse accompagnée pour tous et l’éducation, l’APF est inquiète de certaines mesures qu’elle découvre concernant l’AAH (nouvelle base du calcul des ressources du conjoint, fusion des compléments AAH).

Par ailleurs, l’absence d’orientations concernant la prestation de compensation du handicap n’est pas compréhensible alors que les besoins d’aide humaine, de financement des aides techniques, de l’aménagement du logement et du véhicule figurent parmi les préoccupations majeures des personnes en situation de handicap ...

AAH : une revalorisation confirmée mais des nouvelles orientations inacceptables ...

Lire le communiqué de presse en entier.

Source : Direction de la communication et du marketing - APF

08:30 Publié dans Communiqué de presse

19/09/2017

Un comité interministériel du handicap qui répondra aux inquiétudes des personnes en situation de handicap et de leur famille ?

Ce mercredi 20 septembre aura lieu le premier Comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat Macron.

L’APF salue la tenue de ce Comité alors que le président de la République et le Premier ministre ont déclaré que le handicap serait une priorité du quinquennat. La nomination d’une Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées, démontre la volonté d’une approche inclusive et transversale de cette question qui concerne 12 millions de Français. 

L’APF attend de ce rendez-vous que le gouvernement dévoile la «feuille de route» de sa politique du handicap pour les 5 années à venir. Elle souhaite notamment que soient levées les inquiétudes des personnes en situation de handicap et de leurs familles suite aux premières orientations du gouvernement qui les impactent directement : diminution des contrats aidés ; baisse des APL ; baisse des dotations aux collectivités territoriales, ainsi que les positions publiques du président de la République sur un allégement des normes, dans les logements, au détriment des droits fondamentaux des personnes en situation de handicap. 

Les préoccupations quotidiennes des personnes en situation de handicap et de leur famille sont nombreuses, elles attendent notamment des réponses ... 

Pour lire la suite du communiqué, cliquez ICI.

Source : Direction de la communication et du marketing - APF

08:30 Publié dans Communiqué de presse

11/09/2017

L’APF révoltée par la possible expulsion de l’un de ses adhérents !

L’APF est révoltée par la situation dont est victime Monsieur Diadie BA, adhérent à l’APF du Val-de-Marne (94), sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français, sans que sa situation de handicap et sa situation médicale ne soient prises en compte. 

Atteint de poliomyélite, Monsieur BA est venu en France en juin 2014, où vit une partie de sa famille, afin de bénéficier des soins nécessaires à son état de santé et de pouvoir vivre dans un environnement digne et adapté à sa situation de handicap. Il est également un adhérent actif de l’APF et représente l’APF dans plusieurs instances. 

Monsieur BA a reçu une obligation de quitter le territoire français au moment même où il recevait une réponse positive de l’Agefiph pour l’attribution d’une formation professionnelle qui lui permet de travailler en France. 

L’APF dénonce cette injustice qui ne prend pas en compte les spécificités médicales et la situation de handicap de Monsieur BA. Si ce dernier retourne au Sénégal, tous les soins mis en place seront interrompus, il vivra à nouveau dans un environnement inadapté à son handicap et son état de santé risque de se dégrader. 

L’APF est régulièrement alertée de cas d’expulsions de personnes en situation de handicap, réalisées dans une approche trop administrative sans prendre en compte l’état de santé de ces personnes et les conséquences, souvent désastreuses, lors des retours de ces personnes dans leur pays d’origine. Les différentes étapes du processus de la simplification administrative doivent accorder toute sa place à l’humain !

L’APF dénonce cette politique aveugle et souhaite que les situations de handicap et l’environnement des personnes (accessibilité des lieux de santé, famille, etc ...) soient mieux pris en compte ...

Pour lire le communiqué en entier, cliquez ICI.

Source : Direction de la communication et du marketing - APF

08:30 Publié dans Communiqué de presse

02/08/2017

Réduction des APL de 5 € par mois : une décision qui aggraverait la pauvreté des personnes en situation de handicap

L’APF est particulièrement inquiète suite à l’annonce de la réduction de 5 € par mois des Aides Personnalisées pour le Logement (APL) à partir du 1er octobre 2017.

Cette mesure injuste impacterait les ménages les plus modestes dont des centaines de milliers de personnes en situation de handicap et leurs proches.

En effet, de nombreuses personnes en situation de handicap vivent sous le seuil de pauvreté : travailleurs pauvres, bénéficiaires de minimas sociaux (AAH ou RSA) ou de petites pensions d’invalidité. Diminuer ces aides de 5 € par mois à des personnes vivant déjà largement sous le seuil de pauvreté, c’est aggraver leur précarité et supprimer les maigres revalorisations de l’AAH et des pensions d’invalidité obtenues ces 3 dernières années.

L’APF regrette cette mesure qui frappe sans distinction et, au final, impacte les ménages les plus modestes.

L’association demande donc au gouvernement de cesser cette injustice et de lever cette menace pour les personnes en situation de handicap précaires ...

Suite du communiqué à télécharger ICI.

Source : Direction de la communication et du marketing - APF

08:30 Publié dans Communiqué de presse, Droits

01/08/2017

Sept personnes formées à l’assistance sexuelle par les associations CH(s)OSE et Corps solidaires

Sept assistant.e.s sexuel.le.s ont été certifié.e.s ce week-end, à l’issue de plus de 12 mois de formation à l’accompagnement sensuel et l’assistance sexuelle des personnes en situation de handicap. Cette formation, la première certifiante en France, compte 120 heures d’enseignements. Elle a été réalisée par l’association française CH(s)OSE et l’association suisse Corps Solidaires.

Ce sont donc sept personnes, 4 Suisses et 3 Françaises, 1 homme et 6 femmes, qui ont suivi la formation certifiante à l’accompagnement sensuel et l’assistance sexuelle des personnes en situation de handicap. 

Cette formation certifiante a permis aux assistant.e.s sexuel.le.s d’acquérir des connaissances sur les situations de handicap, des éléments de sexologie spécialisée, des informations juridiques, de mener une réflexion éthique et de développer des compétences en approches sensuelles et habiletés sexo-corporelles. 

Le programme compte 120 heures d’enseignements, volontairement répartis sur plus d’une année. Il a été assuré par des assistant.e.s sexuel.le.s certifié.e.s de l’association suisse Corps Solidaires, des professionnels de sexologie, de psychologie et d’éthique. 

Aujourd’hui, ces assistant.e.s sexuel.le.s dûment formé.e.s pourront accompagner les adultes ou les couples bénéficiaires à découvrir leur corps sexué, au service de leur autonomie. 

L'assistance sexuelle vise à prodiguer une attention sensuelle, érotique et/ou sexuelle à une personne en situation de handicap n’ayant pas accès à son corps, ou à permettre, à leur demande, l’acte sexuel à deux personnes qui ne peuvent l’accomplir sans aide. 

Une pratique qui demeure toujours difficile en France puisque la mise en relation entre ces assistant.e.s sexuel.le.s et d’éventuel.le.s bénéficiaires relèverait du proxénétisme, et que les personnes en situation de handicap passeraient pour des clients de prostitution, ce qui est aussi répréhensible en France. 

C’est pourquoi l’association CH(s)OSE demande une exception à la loi se rapportant aux articles du Code pénal qui répriment le proxénétisme, pour que l'assistance sexuelle puisse s’exercer en France dans le cadre d’un service d’accompagnement à la vie sexuelle. En Suisse, comme dans de nombreux pays, l’assistance sexuelle peut se développer légalement. 

Avec cette formation, les associations CH(s)OSE et Corps Solidaires souhaitent apporter des réponses concrètes et adéquates à toutes les personnes en situation de handicap privées d’accessibilité au plaisir corporel sexué.

Téléchargez le communiqué de presse.

logo chose.JPG

Association CH(s)OSE : www.chs-ose.org
CH(s)OSE ou « Collectif Handicap et Sexualité OSE » a été créée en janvier 2011 à l’initiative du Collectif Handicaps et Sexualités, co-fondée par des militants individuels et des personnes morales dont l’APF, l’AFM, la CHA et le GIHP. Basée à Paris, CH(s)OSE milite pour un droit effectif à une vie affective, sentimentale et sexuelle des personnes en situation de handicap. Elle interpelle régulièrement les politiques et législateurs français en vue de la création de services d’accompagnement sexuel faisant appel à des assistants sexuels, dûment formés.

logo corps solidaires.JPG

Association Corps Solidaires : www.corps-solidaires.ch
Corps Solidaires ou Association suisse romande Assistance Sexuelle et Handicaps, a pour but de promouvoir cette pratique dans l’espace francophone (Suisse romande, France, Belgique…). Ses membres cofondateurs ont été certifiés en assistance sexuelle en 2009 grâce à l’association SEHP (SExualités et Handicaps Pluriels), dont ils sont indépendants. Dans ce cadre, ils ont reçu la transmission de la pratique par Lorenzo Fumagali, assistant sexuel exerçant en Suisse alémanique, lui-même formé par Nina de Vries au sein de l’Institut Handicap et Sexualité de Zurich il y a une douzaine d’années. 

Source : Direction de la communication et du marketing - APF

 

08:30 Publié dans Communiqué de presse, Santé