08/06/2017

Nomination de Sophie Cluzel : la feuille de route de l’APF pour les 100 premiers jours

Emmanuel Macron, en tant que candidat à l’élection présidentielle, s’est régulièrement engagé sur les questions relatives au handicap pendant la campagne.

Le Président de la République vient de nommer Sophie Cluzel, une femme engagée, au poste de Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées auprès du Premier ministre. Ce rattachement au Premier ministre, et non plus au Ministère de la Santé correspond à l’engagement du candidat et répond à une demande de l’APF pour une approche transversale du handicap. 

L’association propose une "feuille de route" dès le début de ce quinquennat : prise en compte des situations de handicap dans les réformes à venir dès cet été sur l’emploi, l’éducation et la santé ; mais aussi augmentation de l’AAH et réflexion sur le revenu d’existence ; élargissement du périmètre de la prestation de compensation du handicap et présentation d’une stratégie pour une accessibilité universelle. 

Pour l’APF, c’est dès maintenant que des mesures d’urgence sont attendues … 

Pour mener à bien tous ces dossiers, l’APF souhaite la tenue d’Etats généraux du handicap, pour dresser un état des lieux et proposer des mesures co-construites. Elle demande enfin la réunion d’une Conférence nationale du handicap d’ici la fin de l’année, pour mesurer l’état d’avancement des dossiers et les progrès réalisés. Ce rendez-vous, sous la forme d’une Conférence nationale du handicap ou d’un Comité interministériel du handicap, doit être annuel. Douze millions de citoyens sont concernés par le handicap en France ; ils ont été les grands oubliés de cette campagne présidentielle, ils ne doivent pas être les oubliés de ce quinquennat !

Retrouvez l'intégralité du communiqué en cliquant ICI.

Source : Direction de la communication et du développement des ressources - APF

08:30 Publié dans Communiqué de presse

20/04/2017

Compensation du handicap : Les candidats aux élections présidentielles font l’impasse sur la priorité numéro un des personnes en situation de handicap !

A quelques jours du premier tour des élections, l’APF fait le constat que le droit à compensation inspire peu, voire pas du tout, les candidats à l’élection présidentielle !

Dans l’enquête Ifop-APF «Conditions de vie, aspirations et intentions de vote», une meilleure prise en charge pour compenser les situations de handicap est l’objectif prioritaire cité par les personnes en situation de handicap pour améliorer leur quotidien. 

Le droit à compensation est l’un des piliers majeurs de la loi handicap de 2005, il prévoit que toutes les personnes en situation de handicap ont droit à la compensation des conséquences de leur handicap quels que soient l'origine et la nature de la déficience, l’âge de la personne ou son mode de vie. 

Aujourd’hui, l’APF déplore de nombreux dysfonctionnements dans l’application du droit à compensation. De nombreuses lacunes sont constatées : des tarifications insuffisantes de la PCH qui occasionnent des restes à charge et même de lourdes augmentations ces dernières années, des plans d’aide qui sont diminués sans modification de la situation des personnes, une pression forte des départements devant l’augmentation de ces dépenses, une initiative du gouvernement qui, au lieu de revaloriser les tarifications, propose une «mise en commun» de toutes les aides (humaines, techniques, transports, aménagement logement, véhicule !!!) au mépris du principe fondamental de la PCH : son caractère individuel !

A l’occasion de l’élection présidentielle, Faire Face, le bi-média du handicap moteur édité par l’APF, a publié une série de témoignages vidéo de personnes en situation de handicap. Plusieurs d’entre eux rencontrent des difficultés liées à une compensation du handicap insuffisante, comme Ricardo, Sarah et Isabelle. 

Ces témoignages illustrent les situations d’urgence dans lesquelles se trouvent ces personnes et démontrent que le droit à compensation comporte de fortes lacunes et de nombreux dysfonctionnements.

C’est pourquoi, l’APF demande le respect du principe fondamental de la PCH, son caractère individuel. Elle demande un élargissement immédiat des besoins couverts par la prestation et la revalorisation immédiate de la tarification de tous les besoins. L’APF appelle à terme, à la création du «risque autonomie» qui devra financer l’intégralité des besoins et l’intégralité des dépenses effectuées par les personnes au titre des aides à l’autonomie, quelle que soit l’origine de la situation de handicap et quel que soit l’âge. 

Cette dernière revendication rejoint les demandes du collectif «Une société pour tous les âges» dont l’APF fait partie, qui, au-delà des principes pour un droit universel et intégral à la compensation des conséquences d’une situation de handicap ou d’avancée en âge, attend des réponses opérationnelles pour la refonte de la gouvernance du système d’aides et de soins. 

Retrouvez plus d’informations sur la compensation du handicap, sur le site de l’APF.

Retrouvez l'intégralité du communiqué, en cliquant ICI

Source : Direction de la communication et du développement des ressources -APF.

 

08:30 Publié dans Communiqué de presse

21/02/2017

#PaieTaPolitiqueSanté : le CISS interpelle les candidats à la présidentielle

politique, santé, CISS

A l’occasion de l’élection présidentielle, le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS), dont l’APF fait partie, interpelle les candidats pour améliorer l’accès aux soins et à la santé pour tous. 

Le CISS a décidé de pointer cinq problématiques qui constituent les enjeux prioritaires en matière de santé : les déserts médicaux, les restes-à-charge, la pertinence des soins, le prix des médicaments innovants et la santé publique. 

Pour chacun de ces thèmes, les réponses qui seront apportées par chaque candidat seront publiées tout au cours du mois de mars, chaque mercredi à raison d’une thématique par semaine, de façon à faire connaître aux électeurs les intentions des candidats vis-à-vis des défis en santé.

Cette opération est relayée sur www.66millionsdimpatients.org/presidentielles2017, ainsi que sur les réseaux sociaux avec notamment l’utilisation du hashtag #PaieTaPolitiqueSanté, pour appeler les internautes à donner de l’ampleur à l’interpellation des candidats ainsi qu’à la volonté de sensibilisation des électeurs de façon à ce que les projets des candidats en matière de santé soient des éléments déterminants de leur vote. 

Pour lire le communiqué, cliquez ici. 

Source : Réflexe Handicap, l’action politique de l’Association des Paralysés de France pour une société inclusive.

08:30 Publié dans Communiqué de presse, Santé