15/03/2016

Urbaccess est à Paris Expo, Porte de Versailles

accessibilité,salonLe Salon Urbaccess fait peau neuve. Les 22 et 23 mars 2016, sur près de 5000m2, Urbaccess sera à Paris Expo Porte de Versailles.

Ce salon, à destination d’un public professionnel sera articulé autour de trois sujets, le corps, la vie, la ville, déclinés en 6 thématiques comme habiter, se déplacer, travailler, …

Pour connaître le programme, cliquer ICI.

Source : site web URBACCESS

 

 

08:34 Publié dans Accessibilité

11/03/2016

Service civique à pourvoir au château de Versailles pour accompagner les visiteurs en situation de handicap

i.jpgLe château de Versailles est engagé depuis plusieurs années dans une politique volontariste de diffusion de la culture et de mise en accessibilité de son patrimoine aux différents types de handicap (moteurs, visuels, auditifs…). Tout au long de l’année 2016, l’établissement public du château, du Musée et du Domaine National de Versailles va déployer de nouvelles ressources et optimiser certains outils de médiation afin d’accompagner les visiteurs en situation de handicap pour rendre leur visite plus interactive, dynamique et enrichissante.

C’est dans ce cadre que l’Etablissement Public du château, du Musée et du Domaine National de Versailles propose aux jeunes de 18 à 25 ans 6 postes d’accompagnement des visiteurs en situation de handicap pour une durée de 9 mois, à pourvoir dès mars 2016. Les volontaires auront pour mission :

  • Aider au déplacement des visiteurs en situation de handicap sur l’ensemble du domaine,
  • Prêter assistance pour l’utilisation d’outils de médiation,
  • Accompagner les personnes lors de visites guidées,
  • Participer à l’actualisation des parcours promenades avec le référent handicap,
  • Accompagner et assister les intervenants lors d’animations « hors les murs »,
  • Participer à différents projets menés par le secteur en charge de ces publics,
  • Rechercher de nouveaux publics,
  • Recueillir sur site les avis et témoignages des personnes en situation de handicap.

Pour postuler, vous devez avoir entre 18 et 25 ans et avoir créé un espace candidat sur le site du service civique. Pour en savoir plus et postuler directement auprès du château de Versailles, il vous suffit de suivre ce lien :

http://www.service-civique.gouv.fr/missions/accompagnemen...

08:30 Publié dans Accessibilité

16/02/2016

Envoyer vos photos à l'European Disability Forum

information.jpgPour illustrer le travail de l'European Disability Forum sur l'accessibilité des transports, ils ont besoin de photos de situations représentatives de la "vrai vie" ! Une photo en dit plus qu'un millier de mots !

Ils recherchent particulièrement des photos qui montrent les bons et mauvais aspects de l'accessibilité dans les transports: votre fauteuil roulant cassé après qu'une compagnie aérienne l'ait fait tomber, la difficulté de monter dans un bus à cause d'une rampe cassée, le manque d'informations accessibles sur les tableaux d'affichages, des élévateurs ou ascenseurs hors-service... mais aussi des choses positives comme la qualité de l'accueil et de l'aide qu'on peut vous apporter grâce aux services d'assistance d'un aéroport!

Le but étant de diffuser largement vos photos sur divers supports avec votre accord, ils auront besoin de votre nom complet et si possible la date et le lieu où a été prise la photo. Vous pouvez également décrire la situation.

Merci d'adresser vos messages en Anglais de préférence pour en garantir la diffusion à l'adresse suivante : marie.denninghaus@edf-feph.org

08:30 Publié dans Accessibilité

12/02/2016

Un locataire en situation de handicap peut-il engager des travaux pour adapter son logement ?

information.jpgLa loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement, adoptée le 28 décembre 2015, comporte une mesure concernant les logements en location (Article 7f de la loi n°2015-1776, en lien ci-dessous).

Lorsqu'une personne en situation de handicap ou de perte d'autonomie est locataire de son logement, elle a le droit de réaliser, à ses frais, les travaux d'adaptation nécessaires à son maintien dans les lieux. Mais lorsque ces travaux constituent une transformation du logement, l'accord écrit du bailleur est nécessaire ; le locataire doit alors lui adresser une demande par lettre recommandée, avec avis de réception. L'absence de réponse dans un délai de 4 mois, à compter de la date de réception de la demande, vaut accord tacite du bailleur. Celui-ci, au départ du locataire, ne peut pas exiger la remise des lieux en l'état. La liste des travaux concernés et les modalités de mise en œuvre seront fixées par un décret en Conseil d'Etat.

Mais que se passe-t-il si le bailleur refuse ces travaux, et si ce refus compromet l'usage du logement pour l'occupant handicapé ?

Voici les éléments de réponse, procurés par le ministère du Logement : « Les articles 6 et 7 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs précisent que le bailleur ne peut s'opposer aux aménagements réalisés par le locataire. Alors si le bailleur exprime son désaccord à des travaux d'adaptation constituant une transformation du logement, le locataire pourra, en pratique, entreprendre ces travaux (sauf s'ils mettent en péril le bon fonctionnement des équipements ou la sécurité du logement) mais devra nécessairement remettre le logement dans son état initial à sa sortie des lieux. » A ses frais !

Source : Handicap.fr

08:30 Publié dans Accessibilité

11/02/2016

Anniversaire de la loi handicap de 2005 : Le Collectif pour une France accessible déplore les attaques répétées contre l’accessibilité !

Collectif pour une france accessible.jpgAlors que la France aurait dû être accessible depuis un an – si la loi handicap de 2005 avait été appliquée – le Collectif pour une France accessible dénonce les nouveaux coups portés à l’accessibilité universelle.

Non seulement le dispositif des Ad’AP est un échec pour le gouvernement, mais d’autres retours en arrière viennent s’ajouter : un décret et un arrêté du 24 décembre ouvrent la possibilité à des dérogations à l’accessibilité pour les logements neufs ; le projet de loi pour une République numérique est en-deçà des obligations d’accessibilité numérique prévues par la loi de 2005 ; ou encore les discours sur les normes qui remettent en cause le principe même de l’accessibilité.

Onze ans après le vote de cette loi, qui était déjà un compromis sur le plan de l’accessibilité, le bilan est désastreux et laisse les personnes restreintes dans leurs déplacements quotidiens (personnes en situation de handicap, personnes âgées, parents avec poussette, piétons, cyclistes, etc.), sans solution.

  • Ad’AP : un dispositif défaillant

Les propriétaires d’établissement recevant du public (ERP) non accessibles avaient jusqu’au 27 septembre 2015 pour déposer leur agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP), document programmatique de mise en accessibilité. Aujourd’hui, on constate que près de 30 % des propriétaires n’ont toujours pas déposé leur Ad’AP plus de 4 mois après l’échéance requise ! Plus de dix ans après l’obligation d’accessibilité, environ 300 000  établissements n’ont toujours rien entrepris pour rendre leur locaux accessibles alors que des millions de Français sont gênés quotidiennement dans leurs déplacements !

Le collectif déplore également le manque d’information de la part du Ministère sur le contenu des Ad’AP qui ont été déposés.

  • Décret et arrêté du 24 décembre : les logements neufs pris pour cible

Un décret et un arrêté relatif à l’accessibilité des logements neufs ont été publiés le 24 décembre dernier. Ils ouvrent la possibilité de dérogations à l’accessibilité lors de la construction de logements neufs !

De plus, dans un contexte où la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement vient d’être adoptée, le gouvernement refuse toujours d’abaisser l’obligation d’ascenseur à R+3 dans les immeubles d’habitations alors que ce type de logement demeure très majoritairement construit aujourd’hui en France.

Encore des textes  scandaleux qui vont  à l’encontre des principes de la loi handicap de 2005. En 2009 et 2011 des textes réglementaires avaient déjà tenté d’introduire des dérogations pour les logements neufs, mais à chaque fois ces dispositions avaient été censurées par le Conseil d’Etat. Il est donc inacceptable que de tels textes, totalement contraires aux principes d’accessibilité et aux engagements internationaux de la France et déjà retoqués deux fois, revoient le jour.

  • Projet de loi pour une République numérique

Le collectif déplore également le projet de loi pour une République numérique qui amoindrit l’obligation d’accessibilité numérique des sites Internet publics telle que prévue par la loi handicap de 2005. De plus, les sites internet privés, les applications mobiles et les logiciels professionnels sont exonérés d’une telle mise en accessibilité, ce qui discrimine plusieurs millions de personnes dans leur participation sociale.

Il est également nécessaire de créer un centre d’appel relais national pour les personnes déficientes auditives qui leur permettrait d’avoir accès à la communication grâce à une traduction simultanée en langue des signes française.

Dispositif des Ad’AP défaillant, dérogations pour les logements neufs, accessibilité numérique mise à mal, ou encore discours sur les normes au détriment de l’accessibilité tels que l’illustrent les propos récents de Nicolas Sarkozy, les attaques contre l’accessibilité ne cessent de se multiplier !

Quarante ans après la loi de 1975 qui instaurait le principe d’accessibilité et un an après le rendez-vous manqué de 2015, la France est totalement dépourvue de toute ambition en matière de mise en accessibilité. Ce sont donc des millions de personnes qui sont entravées quotidiennement dans leurs déplacements et ainsi mises au ban de la société française.

Le Collectif pour une France accessible dénonce avec force ces attaques répétées et demande au gouvernement d’apporter des réponses concrètes et adéquates aux difficultés de déplacement de millions de citoyens.